Signaler comme inapproprié...

mémoire urbaine, traces des victimes du nazisme

MON PROJET - MIJN PROJECT

1. Pavés de mémoire à poser rue Haute et rue Blaes « La meilleure façon d’honorer les morts est de rappeler leur existence » Le quartier des Marolles a accueilli, dans les années trente, de nombreux réfugiés fuyant les pays où le nazisme et l’antijudaïsme leur rendaient la vie impossible. Durant la Seconde Guerre mondiale, plus de 25.000 personnes d’origine juive furent déportés de Malines vers Auschwitz par l’occupant. En mémoire des victimes du nazisme qui habitaient la rue Haute et la rue Blaes, dans le quartier des Marolles, nous souhaiterions poser, de la place de la Chapelle à la Place du Jeu de Balle, un pavé de mémoire pour chaque personne déportée, persécutée pour ses origines et/ou pour avoir été résistante. Les pavés sont scellés sur les trottoirs là où vécurent les personnes déportées, de manière à offrir au passant la vue d’une continuité de pavés. Nous souhaiterions également apposer une plaque murale dans les établissements scolaires du quartier des Marolles, en mémoire des élèves victimes de l’occupant, qui les fréquentaient. 2. Plaques murales pour les Etablissements scolaires des Marolles « Promouvoir le travail de mémoire chez les élèves » L’Allemagne nazie, durant la Seconde Guerre mondiale, mit en œuvre chez nous, comme dans tous les pays occupés, sa politique d’extermination des Juifs d’Europe. L’élaboration de ce funeste projet se fit pas à pas, concrètement, par la promulgation d’ordonnances visant, peu à peu, à isoler les Juifs du reste de la population, dans la perspective d’une déportation programmée. Cet objectif fut atteint, en Belgique, par la mise en application de 17 ordonnances promulguées par l’occupant du 23 octobre 1940 au 21 septembre 1942. L’une d’entre elles, publiée le 1er décembre 1941, stipulait l’interdiction faite aux élèves Juifs de fréquenter les établissements non-juifs à dater du 31 décembre 1941. Bon nombre des élèves écartés de leur école furent ensuite, à partir de l’été 1942, déportés et assassinés à Auschwitz. Une plaque commémorative posée dans chacun des établissements scolaires concernés permettrait aux jeunes générations de prendre connaissance des faits et de réfléchir aux calculs et moyens mis en œuvre par l’occupant pour arriver à ses fins.

But - doelstelling

1. Permettre à tout un chacun de se rendre compte, en parcourant les rue Haute et Blaes, de l’ampleur des rafles effectuées durant la Seconde Guerre mondiale. 2. Attirer l’attention des élèves des établissements scolaires du quartier sur le sort que connurent les élèves qui, interdits de fréquentation par l’occupant, finirent par être déportés à Auschwitz par ces derniers.

Public cible - doelgroep

1. Tous les riverains, enfants en âge de fréquentation scolaire et adultes. 2. Les élèves des écoles primaires et secondaires du quartier. Ils seront plus aisément invités à questionner le passé par des réflexions pédagogiques à développer en classe.

Impact - impact

Ce projet permettrait aux enseignants d’élaborer, avec notre concours et celui d’autres associations, des initiatives pédagogiques afin de cultiver chez les élèves un esprit citoyen. L’objectif vise à promouvoir un travail de mémoire chez les élèves, ouvrant à la réflexion une série de problématiques actuelles. Un impact est ainsi espéré en matière de « vivre ensemble », en croisant les efforts des différentes communautés présentes dans les établissements scolaires autour, par exemple, de thématiques telles que le racisme, le populisme, la vie privée et publique, la réflexion sur la nature et la signification de l’engagement, la défense des libertés, le respect d’autrui, l’implication dans la société. Notons que les écoles du quartier sont toujours associées à la pose de pavés de mémoire et qu’ils le seront bien entendu lors de l’apposition d’une plaque murale au sein de leurs écoles respectives.

Besoins / Enjeux - Uitdagingen / noden

Le quartier des Marolles est, dans la Ville de Bruxelles, un quartier de mémoire. Aujourd’hui encore, il rassemble et intègre de nombreux étrangers originaires du monde entier, superposant dans une certaine continuité les communautés et les couches sociales. Il serait important d’en informer tant les habitants que les visiteurs, en permettant une cohabitation des mémoires tout en rappelant également l’hospitalité traditionnelle de la Ville de Bruxelles et les flux d’immigration qu’elle a accueillis.

Dimension collective - Collectieve dimensie

1. Les pavés de mémoire sont disposés afin d’attirer l’attention des usagers de l’espace public et des habitants. Le nombre de pavés qui seront disposés sur les trottoirs des rues Haute et Blaes attirera à coup sûr les regards. Ils faciliteront le rappel des événements liés à la déportation des victimes, essentiellement juives et/ou résistantes, de l’occupant. 2. Les plaques murales qui seront apposées dans les établissements scolaires rappelleront aux élèves et aux professeurs les événements que durent traverser leur école et leurs élèves durant la Seconde Guerre mondiale. Elle seront susceptibles d’inciter le développement de leçons en classe sur cette période de notre histoire et, partant d’aborder une multiplicité de thématiques permettant de réfléchir, par exemple, à la notion de citoyenneté et aux migrations contemporaines.

Localisation - Localisatie

Actions - Actie's

- Dresser la liste des victimes de l’occupant domiciliées rue Haute et rue Blaes. - Etablir la liste des écoles primaires et secondaires du quartier où des élèves ont été exclus suite aux ordonnances de l’occupant et la liste de ceux qui furent par la suite déportés à Auschwitz. - A partir des dossiers des déportés conservés dans les centres d’archives, rédiger les mentions à graver sur les pavés de mémoire et sur les plaques murales destinées aux écoles. - Commander les pavés de mémoire auprès de l’Association pour la mémoire de la Shoah (AMS) qui les fera fabriquer par le créateur des pavés de mémoire, Günther Demnig. - Concevoir les plaques murales destinées aux établissements scolaires du quartier des Marolles. La direction des écoles, les professeurs et les élèves seront associés aux différentes étapes du projet (consultation des registres d’inscriptions dans les écoles, développement de la plaque et activités scolaires autour des thématiques précitées : racisme, populisme, vie privée et publique, réflexions sur la nature et l’engagement pour la défense des libertés). Une plaque pourrait être posée chaque année. - Organiser avec l’AMS la pose des pavés de mémoire ainsi qu’une cérémonie commémorative publique, ceci avec la participation des autorités de la Ville et des établissements scolaires concernés, afin de rappeler ce qu’impliqua l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale.

Qui - WIE

Le responsable du projet + Mémoire d’Auschwitz asbl + Association pour la Mémoire de la Shoah + Département des travaux publics de la Ville de Bruxelles + département de l’Instruction publique de la Ville de Bruxelles.

Quoi - Wat

1. Documents à valider : Liste des noms des victimes de l’occupant domiciliés rue Haute et rue Blaes. 2. Vérifier, en archives mais aussi auprès de l’administration communale et des établissements scolaires, les adresses des victimes de l’occupant et les mentions à graver sur les pavés de mémoire et les plaques murales. 3. Organiser leur pose (trottoirs et écoles) ainsi que la cérémonie commémorative qui sera organisée dans la foulée.

Budget TOTAL

Montant demandé au Budget participatif : 25.000 €

Budget Détail - Detail

1. Pose de 80 pavés à 300 € : 24.000 € 2. Estimation du coût des plaques commémoratives : 300 € 3. Estimation des frais d’organisation d’une commémoration publique (communication, boissons, sandwiches) : 700 €.

Réalisation - Realisatie

Le porteur de projet réalisera le projet avec le support de l’Asbl Mémoire d’Auschwitz. La Ville de Bruxelles sera sollicitée pour l’ouverture des emplacements qui accueilleront les pavés de mémoire, dans les trottoirs des rues Haute et Blaes, pour la pose des plaques murales dans les établissements ainsi que pour l’organisation d’une commémoration publique. Les établissements scolaires concernés du quartier des Marolles seront bien entendu impliqués dans le projet.